Le savoir est une arme, le syndicat est une force !

LE CROUS FERME LE BAILLY B !
14 avril, 2011, 14:29
Classé dans : Non classé

Cette année encore le logement étudiant du parc Amiénois est la cible de la spéculation. La fermeture du Bailly B, même si elle est faite dans le but de réhabiliter celui-ci, signifie la perte de 300 chambres, donc 300 logements étudiants non renouvelés cette année. Tout le Bailly B sera inhabitable. Une partie en travaux, l’autre pour stocker le matériel de rénovation. Où va-t-on loger les étudiants qui désirent faire leur cursus à Amiens –ou ne peuvent pas le faire ailleurs ? Voici comment : 

Une résidence est en construction près du chantier de la Citadelle, elle se nomme Général de Gaulle ( !!!), et prévoit environs 70 studios (donc bonne pour 70 étudiants !!!). On remplace par des studios/studettes -avec W.C. et douches à l’intérieur- un confort qui leur vaut d’être deux fois plus chers qu’une chambre. Les pas contents trop pauvres ou trop riches pour les « aides » de l’Etat iront dans le privé ou resterons chez papa-maman, feront la route tous les jours et c’est tout ! 

Cette politique du logement est constatée ailleurs, elle obéît à une politique nationale et européenne en matière de logement étudiant mais plus globalement en matière universitaire et de « service public ». La structure C.R.O.U.S. comme le C.N.O.U.S. en pâtissent largement, à cause des hauts administrateurs qui appliquent les réformes avec zèle. Cela est visible pour les logements et pour le prix du repas au restaurant universitaire, cette année il est à 3 euros pour « conforter les difficultés financières » et récupérer « 5 millions d’euros de recettes prévisionnelles » !!!!!

Une pensée pour ceux qui sont restés sur le carreau…

A Paris, le collectif Jeudi Noir organise la réquisition de logements privés vides par les étudiants eux- mêmes, ils les squattent, ce qui implique la possibilité

qu’ils soient délogés à tout instant malgré des vides juridiques importants. Ce collectif a fait parler de lui mais rien ne change pour autant…A Grenoble encore, un communiqué de presse signé par les syndicats dénonce les conditions de vie des étudiants dans leurs résidences, la suppression des résidences les moins chères pour en construire moins et plus chères. Dénoncé comme de la spéculation privée dans un établissement de service public ! Grève des loyers à Lille début 2010 opérée par les étudiants pour manifester leur grogne contre leurs résidences universitaires vétustes devenues dangereuses pour leur santé. Des résidences universitaires sont aménagées dans des anciens containers à Amsterdam, moins chères (environ 250 euros par mois + EDF + eau) mais plus froides en hiver et plus bruyantes vu que c’est de la taule !! A Caen, les résidences vétustes sont légion. Vous avez la possibilité d’aller constater les désastres qu’entraîne un désengagement « progressif » de l’Etat pour les étudiants au niveau des services publics sur http://www.unicaen.net rubrique photos.   

Ce ne sont que quelques exemples. Malgré les dégradations croissantes des résidences et des conditions de vie générales des étudiants, les prix continuent à augmenter et à augmenter pour de moins en moins de logements. 

 

            Comment faisait-on avant ? 

            Avant, il n’y avait pas de réformes aussi drastiques pour casser le service public, car il n’y avait pas encore de R.G.P.P.[1] ni de L.O.L.F.² La menace venait encore de l’extérieur. Lorsque l’on voulait se loger, on était fier de pouvoir aller en « Cité-U », financièrement, c’était l’idéal. Parce que l’Etat contribuait au départ en totalité au budget des résidences universitaires, mais l’étudiant a du mettre la main à la poche très rapidement* ; hausse pour l’étudiant qui se retrouve aussi dans son assiette au restaurant universitaire avec une augmentation infernale du prix du ticket à la charge de celui-ci. 

            Car depuis 2001, la nouvelle politique publique est passée via la nouvelle « vision » budgétaire et comptable, et bien profondément, le logement étudiant en fait les frais, petit à petit. Mais les facs d’Amiens doivent faire le pari de ne pas être Paris ! Surtout qu’en 2004, une loi, dite Plan Anciaux, ordonnait la construction de 20.000 logements étudiants et la rénovation de 8.000. Seulement 8.000 ont été construits et combien rénovés ??!! 

 

NOUS EXIGEONS LA REHABILITATION IMMEDIATE DE TOUS LES LOGEMENTS ETUDIANTS ET LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS A BAS PRIX FIXES POUR TOUS LES ETUDIANTS !!!!!! 

UNE INFORMATION CLAIRE DU PERSONNEL DU C.R.O.U.S. ET, A FORTIORI, DES ETUDIANTS SUR LES LOGEMENTS ETUDIANTS 

[1] Les aides au logement de type A.L.S. ne fonctionnent pas toujours pour ce type de logement 

 

²Source site du C.R.O.U.S.Amiens 

[1]Révision générale des politiques publiques 

²Loi organique portant sur la loi de finance votée en 2001 

*Les résidences universitaires furent créées entre 1950 et 1965. Dès 1970, l’Etat a cessé de les financer directement et un partenariat avec le service des H.L.M. a vu le jour. En 1977 est créée l’Aide Personnalisée au Logement…Source vie publique 


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Vosges Promotions |
AFRICACTU! |
portailisabelle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyrilcouet
| Alger. Famille victime d'un...
| cle23